Festival international du film d'Arras

JERRY SCHATZBERG


Né le 26 Juin 1959 à New York, Etats-Unis

Attiré très jeune par l’image, Jerry Schatzberg rêve de devenir photographe. C’est à force de persévérance et de petites expériences qu’il arrive à monter son propre studio en 1956, pour être finalement engagé quelques années plus tard comme photographe officiel de la revue Vogue.

Bien que passionné dès l’enfance par le septième art, c’est presque par hasard qu’il se retrouve derrière la caméra : après une première expérience jugée satisfaisante pour une émission télévisée, Jerry Schatzberg se lance dans la réalisation de son premier film, Portrait d’une enfance déchue (1970). Ce drame pessimiste voit évoluer Faye Dunaway dans le rôle d’un modèle relatant sa chute.

Ce premier long métrage annonce la couleur désespérée de ses prochains films. Persuadé que le rêve américain n'existe pas, Jerry Schatzberg dépeint l'univers tourmenté d'un couple de jeunes drogués dans Panique à Needle Park (1971), révélant au passage le talent du tout jeune Al Pacino.

Mais c’est vraisemblablement son film suivant, L’Epouvantail, reposant sur le duo Pacino / Gene Hackman, qui l’impose définitivement sur le devant de la scène. Après avoir remporté la Palme d’or du Festival de Cannes en 1973, le cinéaste acquiert une certaine notoriété publique, même si ses films restent des échecs commerciaux.

Et si avec Vol à la tire (1976), le cinéaste se rapproche plus du thème de la comédie que du drame, Jerry Schatzberg revient vite à des oeuvres plus graves tels que La Vie privée d’un sénateur (1979), Show bus (1980) ou encore Besoin d’amour (1983), pour lequel il retrouve Gene Hackman. Il révèlera par la suite le visage débutant de la comédienne Demi Moore en chanteuse de rock dans No small affair (1984) et celui de Morgan Freeman, nommé à l’Oscar du Meilleur second rôle pour son rôle de proxénète violent dans La Rue (1987).

Devenu l’un des piliers du cinéma indépendant américain, Jerry Schatzberg se retrouve à nouveau parmi la sélection officielle du 42ème Festival de Cannes avec L’Ami retrouvé (1989), un drame sur les relations entre deux adolescents pris dans les tourments de la Seconde Guerre Mondiale, et qui choisiront des voies différentes. Mais malgré l’exposition cannoise, le film ne sera pas un grand succès, ne connaissant aucune diffusion dans les salles américaines.

Tournant désormais avec parcimonie, il faudra attendre l’an 2000 pour voir le nouveau long métrage de Jerry Schatzberg, The Day the ponies come back, mettant en scène l’acteur français Guillaume Canet dans le rôle d’un jeune musicien à la recherche de son père. L’acteur et le réalisateur seront d’ailleurs tous deux présents lors de la projection de ce film présenté dans le cadre du quatrième Festival du Film d’Arras, pour un échange de questions / réponses avec les festivaliers.

Filmographie


1970
Portrait d’une enfance déchue

1971
Panique à Needle Park

1973
L’Epouvantail

1976
Vol à la tire

1979
La Vie privée d’un sénateur

1980
Show Bus

1983
Besoin d’amour

1984
No small affair

1987
La Rue

1988
Clinton and Nadine

1989
L’Ami retrouvé

1995
Lumière et compagnie (film collectif)

2000
The Day the ponies come back